.

Photométrie ou Réflectométrie ?

Question d’un utilisateur ODC-Live

Je dois faire réaliser un audit de qualité de mes liaisons fibres. Je ne sais pas si je dois plutôt avoir recours à une photométrie ou une réflectométrie ? Quels sont les périmètres et limites d’analyse de ces 2 types de tests ?

Réponse d’un Expert ODC

La photométrie : A réserver plutôt aux liens Data Center relativement courts (0 à 550 ML). Ses Avantages : Plus rapide, et surtout plus précise en mesure d’atténuation. Le Matériel (Photomètre) est moins onéreux qu’un Réflectomètre (autrement désigné OTDR). Les photomètres les plus avancés permettent également de mesurer la longueur des liaisons et donc de produire un cahier de recette avec les deux informations essentielles : 1° L’atténuation, 2° La longueur.

Le Réflectomètre (autrement nommé OTDR) : A réserver plutôt à des liaisons Data Center longues ou du moins à des liaisons dont les connexions sont assez espacées pour pouvoir être mesurées et donc à des audits ou à des spécialistes en charge de « trouver » la panne et d’indiquer comment la réparer. La réflectométrie présente l’avantage de donner des valeurs par événement : IL (Insertion Loss = atténuation) et le RL (Return Loss ou réflectance) et d’indiquer l’endroit où ils se trouvent dans la liaison : C’est donc un outil de caractérisation et de localisation de tous les événements d’une liaison optique. Son inconvénient majeur : il a du mal à bien mesurer des événements proches à cause de la zone morte d’événement (zone dans laquelle l’OTDR va détecter un ou plusieurs événements mais ne pourra pas donner une valeur précise sur les deux paramètres IL et RL de chaque connexion).

0 Comments

Submit a Comment

id, tempus ut libero. fringilla at ut