.

Allées confinées

Question d’un utilisateur ODC-Live

Désireux d’implanter des allées confinées en 2014, j’ai reçu plusieurs fabricants (essentiellement de baies) auprès desquels j’entend tout et son contraire sur le fait de confiner les allées chaudes ou les allées froides … Pouvez vous me dire une fois pour toute ce qui est le mieux ?

Réponse d’un Expert ODC

Il n’est pas possible sans une étude approfondie de déterminer lequel de ces 2 choix sera le plus efficace car plusieurs éléments entrent en ligne de compte, inutile donc de chercher la solution universelle mais plutôt la meilleure solution concernant votre salle, son devenir et les objectifs que vous vous êtes fixés en choisissant de confiner vos allées.

Certains éléments sont néanmoins considérés aujourd’hui comme acquis dans 100 % des allées dotées de confinement, car d’un point de vue aéraulique et donc de l’optimisation de la distribution du froid le confinement apporte :

  • Une répartition homogène du froid sur l’ensemble des faces avant des composants IT (mise en sécurité et suppression de arrêts non programmés liés aux points chauds)
  • Une possibilité d’augmenter la température de soufflage (à condition que toutes les baies – hors brassage passif, télécom et robots – soient bien incluses dans un confinement)

 

Ensuite, entrent en jeux des éléments variables –

L’inertie de la salle en cas d’arrêt de la production froid :

En cloisonnant les allées froides on évolue en ambiance chaude et on a donc l’impression que la salle va plus vite monter en T° en cas d’incident … Certes, mais le fait que les flux soient cloisonnés fait aussi que les serveurs vont pouvoir aspirer un air directement issu du faux plancher et donc proportionnellement moins tiède. Le volume d’air requis par les serveurs étant égal avant et après l’incident, l’ambiance sera vite plus chaude voir très chaude pendant que les espaces confinés resteront aussi froids plus longtemps. Au final en absence de clim l’air chaud finira par revenir via les armoires de soufflage pour réchauffer graduellement l’espace sous le faux plancher mais pas plus vite que si les reprises avaient aspiré un air d’autant plus chaud qu’il aurait été confiné …

La configuration de la salle :

C’est essentiellement cet aspect qui finalement guidera le choix et le meilleur moyen de l’argumenter reste la modélisation des flux et la simulation numérique. En effet beaucoup de critères sont à examiner pour opérer le vrai bon choix :

  • La hauteur du plénum de soufflage,
  • La présence d’un faux plafond gainé ou non,
  • L’urbanisation des allées,
  • La disposition des unités de soufflage parallèles ou perpendiculaires aux allées,
  • Les contraintes béton (poteaux, poutres de retombées, cablage aériens, pendards de soutien),
  • L’éloignement des clims de l’émission majeure de chaleur,
  • Chemin aéraulique à parcourir par l’air chaud jusqu’à la clim de secours en cas d’incident (redondance),
  • Le respect des règles de circulations (90 cm de large minimum),
  • Le chemin de roulement des machines entrantes ou sortantes,
  • etc …

Autre critère de choix, le confort de travail des opérateurs :

En effet certains défendent que les câblages ayant lieu en partie arrière des baies, il est plus confortable de travailler en ambiance froide c’est à dire en confinant le chaud. Certes, mais d’autres répondront que l’IT vient plus souvent faire des relevés en face avant des baies et qu’en général on montre plus souvent ces faces plus « clean » à d’éventuels visiteurs.

Le budget :

La physionomie de la reprise va souvent guider les choix mais aussi l’enveloppe budgétaire.
Si la reprise est lointaine, mal disposée ou complexe en cas de redondance sur incident, il faudra mieux privilégier le confinement des allées froides.
En revanche si la reprise est redondée, perpendiculaire aux allées chaudes ou sur un plénum en faux plafond on peut privilégier le confinement des allées chaudes.
Enfin si la densité / charge IT des baies fait que de toute façon les infrastructures techniques ne garantiront pas une résilience stable et suffisante on peut mixer des ilots haute densité chaud intégrant leurs propres refroidissement (cooling in raw) mélangés avec des allées de moyennes ou basse densité en confinement « classique » chaud ou froid.
Dans tous les cas, je ne saurai donc trop vous conseiller de faire précéder ce dossier d’une étude CFD avec pourquoi pas des projections de ROI dans les 2 cas …

0 commentaires

Soumettre un commentaire